L’histoire de l’OHÉS

Les débuts de l’harmonie

Fondé en septembre 1911 sous le nom de « Société de Musique de l’Électricité de Strasbourg », cette formation musicale est l’une des rares harmonies d’entreprise qui ait survécu sur le territoire national.

Ses membres sont à l’origine recrutés presque exclusivement parmi le personnel de l’entreprise. Au courant des 25 dernières années la formation accueille de plus en plus de membres extérieurs  à l’entreprise et à ce jour seul 30% des membres sont encore des salariés de l’entreprise.

Dès le début de son existence la formation s’insère dans l’activité culturelle de la région et  continue à le faire à ce jour

Grâce à son originalité, la qualité de ses prestations, elle  gagne et garde la faveur d’un large public au niveau régional, puis national, voire même international.

Au moment de sa création, la société compte environ 50 musiciens, mais la première guerre mondiale freine fortement son développement.

Le 22 février 1919, la société est reconstituée et transformée en « Harmonie de l’Électricité de Strasbourg ». Son effectif atteint  63 musiciens en 1921 et compte  en son sein une section fanfare de 26 membres qui est maintenue jusqu’en 1929.

Cette époque voit également naître  une école de musique qui compte une trentaine de membres.

Grâce aux efforts méritoires de ses musiciens et de ses chefs successifs, la société se développe favorablement et son niveau monte très rapidement.

Organisatrice de nombreux concerts et invitée régulièrement par des sociétés amies, l’harmonie peut se vanter de contribuer pour une part très importante à l’essor de la vie musicale et sociale qui, à cette époque, est très florissante en Alsace.

Ses activités se manifestent aussi au-delà des frontières alsaciennes, en France et à l’étranger et notamment en Suisse. Les concerts donnés lors de ces déplacements remportent un grand succès grâce aux répertoires interprétés qui mettent en exergue les œuvres de nos grands maîtres de la musique d’harmonie.

 

 

L’harmonie d’après-guerre

La deuxième guerre mondiale amène pour l’Harmonie une nouvelle période sombre. La société est reconstituée dans sa forme d’avant-guerre par les membres restant de l’ancien comité, immédiatement après la libération.

En 1948, les musiciens sont dotés d’un nouvel uniforme de la couleur traditionnel brun-chocolat, qui a valu à la société entre les deux guerres le surnom de « Chokolamusik – Musique chocolat », sobriquet qui lui restera acquis pendant quelques décennies encore.

Le 16 mai 1948 est une journée d’apothéose pour le prestige de l’Harmonie : elle reçoit en effet des mains du préfet du bas Rhin son premier drapeau tricolore, symbole de la fraternité et de la camaraderie, symbole de la France.

En 1950, l’Harmonie effectue son premier voyage d’études et de concerts d’après-guerre qui la conduit pendant quatre jours à travers la Suisse et la Haute Savoie, où elle donne différents concerts.

Encouragée par le retentissement de ses concerts, l’Harmonie entreprend d’autres déplacements :
en 1952 à Paris avec deux concerts à la salle Gaveau, et au Luxembourg avec deux concerts,
en 1958 à Bruxelles avec un concert dans l’enceinte de l’Exposition Universelle.

La qualité musicale de la société est consacrée une première fois en 1958 par sa nomination en Division d’Excellence. Cette date marque une étape importante dans son histoire et couronne les longues années de travail et de dévouement de ses chefs et musiciens, encouragés par un important effort de la Direction d’Électricité de Strabourg, tant sur le plan matériel que sur celui de son recrutement.

Depuis, son acharnement au travail n’a pas faibli. Toujours à la recherche d’une meilleure qualité la formation ne  cesse de se produire tant en Alsace qu’au-delà de nos frontières.

Suite à la commémoration de son cinquantième anniversaire en 1961, l’harmonie entamera une série de voyages à travers l’Europe :
1961 en Allemagne dans la vallée du Rhin romantique avec concerts à  Wiesbaden et Bad –Ems,
1963 en Savoie et haute Savoie avec concerts à Aix les Bains et Chamonix,
1965 en Suisse avec deux concerts à Lugano,

1969 en Autriche avec concerts à Salzbourg et Vienne,
Citons également cette même année la remarquable exécution par la société associée à celle de Kehl Sundheim de la pièce « Pont de l’Europe » en présence de nombreuses personnalités dont les premiers magistrats des villes de Strasbourg et Kehl,
1971 voyage en Yougoslavie et en Suisse. Lors de son déplacement en Yougoslavie l’Harmonie participe au Festival International de Musique pour Instruments à vents à Varazdin et remporte la coupe du prestige lors d’une confrontation avec une trentaine d’harmonies en provenance de multiples pays d’Europe.

L’Harmonie enregistre son premier 33 tours en 1973 et effectue son premier voyage en avion à Londres où elle donne deux concerts dans la capitale anglaise. Elle participe également à l’émission télévisée « les Musiciens du Soir ».

Marius Briançon prend la tête de l’Harmonie en 1975 et renouvelle profondément son répertoire en y rajoutant des compositions originales pour harmonie et des œuvres contemporaines.

En 1976 l’Harmonie de l’Électricité de Strasbourg prend la nouvelle dénomination « Orchestre d’Harmonie de l’Électricité de Strasbourg ».

 

 

La consécration de l’harmonie

En juin 1978 l’orchestre représente la France au concours international de musique à Vichy et remporte le grand prix de la confédération Internationale de Sociétés Populaires de Musique. L’année suivante, le 8 avril 1979, l’OHES accède au niveau le plus élevé sur le plan national : la Division d’Honneur.

1981 : l’orchestre remporte au concours national de la Rochelle un premier prix à l’unanimité avec félicitations au chef, consolidant l’OHES pour une nouvelle période de 5 ans en Division d’Honneur.

1982 : enregistrement d’un second 33 tours reflétant sa nouvelle vocation d’orchestre d’harmonie.

1983 : Marius Briançon cède la baguette à Alin Delmotte qui restera à la tête de l’orchestre jusqu’en 1998. Dès le mois de novembre, l’OHES innove en donnant son premier concert spirituel à l’Église St Maurice de Mutzig sous la direction de son nouveau chef. Pendant les 15 ans qui vont suivre l’orchestre fera de nombreux concerts dans la région et au-delà.

1984 : déplacements à Stuttgart, Rouen et participation à Musica 84.

1985 : concert anniversaire pour le centenaire du journal le Nouvel Alsacien. 1985 marque aussi le début d’une nouvelle démarche d’Électricité de Strasbourg pour l’illumination des églises et monuments publics, manifestations pour lesquelles l’OHES est souvent sollicitée.

1986 : concert à la Cathédrale de Strasbourg avec « Gloria » de Poulenc pour chœur et orchestre.

1987 : concours National à Massiac où l’orchestre confirme son classement en division d’honneur et début des concerts de bienfaisance avec les clubs services comme le Rotary pour Polio+.

1988 : l’OHES troque son costume brun-chocolat pour un ensemble noir et veste rayée noir et brun. Concert de gala  du concours de musique de Strasbourg.

1989 : participation au festival international pour musique d’harmonie à Vienne en mai  et création de l’œuvre de Serge Lancen « Missa Solemnis » en l’église St Paul de Strasbourg en présence du compositeur.

1990 : concert à l’occasion du congrès de la CMF et enregistrement d’une émission pour FR3 Alsace.

1991 : concours national à Vire où l’orchestre confirme une nouvelle fois son classement en division d’honneur. Illumination de l’église Saint Thomas à Strasbourg  et de l’église de Nordheim. L’OHÉS donne par 4 fois « Missa Di Gloria » de Puccini transcrit pour orchestre d’harmonie par Alin Delmotte dans le cadre de son 80ème anniversaire et pour les clubs services Kiwanis et Rotary.

1992 : concert à l’occasion des Orchestrades de Wisches et concert de gala au Palais des Fêtes lors du concours international pour orchestres d’harmonies. Déplacement à Zurich et enregistrement du CD « Harmoniques ».

1993 : illumination des églises d’Ingwiller, inauguration de Fleuropa et participation au concours international d’Interlaken où l’OHÉS se classe deuxième.

1994 : déplacement à Chalon sur Saône, enregistrement d’une émission pour ZDF et concert au musée Electropolis de Mulhouse. « Messe solennelle de Sainte Cécile » de Gounod, transcription Alin Delmotte donnée, à 4 reprises pour le Kiwanis, le Rotary et la Croix Rouge.

1995 : déplacement à Villers le Lac, concert UNIPEDE à Paris, concert à Offenbourg.

1996 : concert à Ludwigshaffen, concert d’échange à Karlsruhe avec l’orchestre Mercedes, concours National à Mâcon où l’orchestre d’harmonie confirme son classement en division d’honneur. L’OHES est également nommé lauréat de la Fondation Alsace.

1997 : « Messe solennelle en Mib » de Schubert, transcription Alin Delmotte donné à 4 reprises : Haguenau, Strasbourg pour Handifac , le Kiwanis, ainsi qu’ à Colmar.

1998 : intermède musical lors du congrès de la facturation (CIFACES) qui se tient à Strasbourg. C’est en septembre 1998 qu’Alin Delmotte passe la baguette à Kunihiro OCHI.

1999 : 50ème anniversaire du conseil de l’Europe, concerts à Niederbronn-les-Bains et à Brumath au profit de l’ADRET, illumination de l’église de Bernardswiller.

2000 : concert au profit de la Croix Rouge, comédie musicale « Le sixième élément » au Rhénus pour fêter le centenaire d’Électricité de Strasbourg, concert à Ingersheim dans le cadre de la semaine Alsace Japon.

2001 : concert à Wörth chez Mercedes, concert à Molsheim pour le Rotary, concert au Palais des fêtes de Strasbourg au profit de l’Association Pierre Henri et ses amis.

2002 : concert à Jockgrim en Allemagne, concours Inter-Honneur à Thonon-les-Bains où l’OHES se classe 1er . Enregistrement du CD « Lauréats » pour les éditions Robert Martin. Concert à Brumath au profit du Kiwanis et participation au Noëlies de Strasbourg.

2003 : déplacement à Jönkoping en Suède où l’OHES représente la France à la conférence mondiale de la WASBE. Création mondiale de la pièce « Cyrano » commandée pour l’occasion par l’OHÉS à Piet Swerts.

En septembre 2003, l’orchestre accueille un nouveau chef, Sylvain Marchal, qui assure la création française de « Cyrano » lors d’un concert de bienfaisance donné au profit de la Croix Rouge.

2004 : concert de Gala lors du concours EOLIA de Strasbourg, concert à l’Abbatiale St-Cyriaque d’Altorf, concert de bienfaisance à Dorlisheim pour Autisme avenir 67 et participation à l’enregistrement du CD « Barabli Hit » en hommage à Germain Muller.

2005 : En février 2005 un nouveau chef prend la tête de l’orchestre. Marc Schaefer est choisi par les musiciens et le comité suite à un concours de recrutement organisé par l’orchestre et relève le défi d’assurer dès le mois de mai son premier grand concert au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg.

L’Orchestre inaugure à cette occasion son nouveau logo, plus design, et sa nouvelle tenue. Un ensemble noir plus chic remplace le costume traditionnel.

Inauguration du Mémorial d’Alsace-Moselle à Schirmeck, illumination de l’église de Holtzheim, enregistrement du CD « Musique, Chants et Danses d’Alsace »  pour Paul Boistelle.

2006 : concert de bienfaisance au Temple Neuf pour la maison de retraite St Arbogast, déplacement à Schladming pour le Mid Europe où l’OHÉS a été sollicité pour assurer le concert d’ouverture, concert de bienfaisance en l’église St-Paul au profit du Sonnenhof de Bischwiller et participation au Téléthon de Mundolsheim.

2007 : l’OHES s’attaque au répertoire humoristique avec sa participation à « l’Humour des notes » de Haguenau avec au programme des pièces transcrites par Marc Schaefer, avec la participation de Corinne Chatel , Michel Palay et Christophe Calibre. Concert de bienfaisance au profit de la maison de retraite d’Ingwiller.

2008 : concours national de Bédarieux où l’OHÉS confirme son classement en division d’honneur. Nouvelle innovation pour l’OHÉS qui participe au concert « Jazzdor » de Strasbourg. C’est la première fois qu’un orchestre d’harmonie est retenu par les organisateurs pour cette manifestation.

2009 : l’OHÉS donne un concert privé pour le centenaire des Usines Municipales d’Erstein.
Concert au Konzerthaus de Karlsruhe dans le cadre de la semaine française. Concert décentralisé à Huningue.

2010 : l’OHÉS donne lors de son concert annuel un programme entièrement voué au jazz.
Lors de la semaine française de Karlsruhe, l’orchestre donne un concert dans les jardins du château avec Aquatique Show. Enregistrement du CD du 100ème anniversaire.

Depuis près de 25 ans l’OHES intervient au Conseil de l’Europe pour la levée des couleurs lors de l’adhésion des différents pays.

2011 : l’OHÉS marque son centenaire avec plusieurs concerts :
5 mars concert à Ribeauvillé à l’espace culturel Le Parc
2 avril grand concert anniversaire au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg
30 avril concert aux Tanzmatten de Sélestat
19 novembre Carmina Burana avec chœurs au Palais de la Musique et des Congrès de Strasbourg

 

 

Les présidents et directeurs successifs depuis la création de la société

  • Présidents

    Martin PFEIFFER 1911-1919
    Louis FRITSCH 1919-1931
    Gaston KOHLER 1932-1946
    Erwin KIM 1946-1969
    Charles HUTT 1969-1974
    Pierre LOGEL 1974-1984
    Roger RUDLOFF 1984-1988
    Alain WALTER 1988-1991
    Bernard KERN 1991 -1996
    Didier FRUHAUF 1996-2001
    Gérard KRALL 2001-2011
    Régine BOEHRINGER BRANSTETT depuis 2011

  • Directeurs

    Henri MERCKLER 1911-1913
    Henri KRUGER 1913-1919
    Geoffroy RIEB 1919-1920
    Adolphe RUBSAMEN 1920-1928
    Jules HUBLART 1928-1939
    Charles MUNCH 1940-1944
    Fernand WARIN 1945-1950
    Alphonse EISSENBEIS 1950-1967
    Edouard CARON 1967-1975
    Marius BRIANCON 1975-1983
    Alin DELMOTTE 1983-1998
    Kunihiro OCHI 1998-2003
    Sylvain MARCHAL 2003-2004
    Roger HALM intérim 2004-2005
    Marc SCHAEFER depuis 2005